.

Idées de génie

Publié par Mouahé Régis KONAN

Pourquoi certaines idées vivent et d’autres meurent ? Comment donner du poids à nos idées ? Comment créer des messages qui marquent les esprits ? Comment faire pour que nos idées donnent envie d’agir ? Les réponses à toutes ces questions se trouvent dans le livre indispensable, Idées de Génie.

« Pour faire passer vos idées, vous avez tout intérêt à travailler à l’intérieur du territoire des règles qui ont permis à d’autres idées de réussir. Ce que vous voulez inventer, ce sont de nouvelles idées, pas de nouvelles règles. » Idées de Génie, Chip Heath et Dan Heath, page 25

Les frères Chip Heath et Dan Heath, respectivement Professeur de psychosociologie des organisations et Conseiller en formation de dirigeants, nous livrent les 6 ingrédients principaux d’une communication réussie dans leur livre intitulé Idées de Génie.

Pour qu’un message atteigne sa cible, marque les esprits et colle, il faut qu’il soit simple, inattendu, concret, crédible, susciter de l’émotion et raconter une histoire. Pour vous rappeler les six principes des idées qui collent (Simplicité, Inattendu, Concret, Crédible, Emotion, Histoire), quoi de plus simple que la formule SUCCESS – en anglais Simple, Unexpected, Concrete, Credible, Emotional et StorieS.

 

Votre message doit être simple

Simple = essentiel + concis. Les messages simples sont essentiels et concis. Il faut aller à l’essentiel, en épurant autant que possible son message. Si vous dites trois choses, c’est comme si vous ne disiez rien.

Nos messages doivent être concis parce que nous ne pouvons intégrer et retenir qu’un volume limité d’informations en une seule fois.

Trouver l’essence de votre idée, c’est écarter un grand nombre de grandes idées pour permettre à la plus importante de briller de tout son éclat. Il faut savoir résister à la tentation de tout dire d’emblée, pour commencer par distiller juste ce qui est utile d’information, et puis un peu plus et encore un peu plus.

 

Votre message doit être inattendu

Le problème de la communication est d’obtenir l’attention de ceux à qui vous vous adressez. La façon la plus élémentaire de capter l’attention est la suivante : briser un schéma, un modèle, bien ancré dans l’esprit de vos interlocuteurs.

Nos messages doivent franchir la barrière du désordre et des parasites de tous ordres pour attirer l’attention. Le bon sens est l’ennemi juré des messages adhésifs. Lorsqu’un message respire le bon sens, il entre gentiment par une oreille et sort par l’autre.

La surprise et l’intérêt sont deux émotions qu’il est essentiel de comprendre pour bien mesurer le pouvoir des idées qui collent. La surprise éveille notre attention. Elle se manifeste lorsque nos schémas échouent et elle nous prépare à comprendre pourquoi il y a eu échec. Lorsque nos machines à deviner ne fonctionnent pas, la surprise capte notre attention pour que nous les réparions.

Face à la surprise, nous voulons trouver une réponse – pour comprendre pourquoi nous avons été surpris – et les grandes surprises appellent de grandes réponses. Pour allumer la flamme de l’attention, nous devons nous emparer du pouvoir des grandes surprises. Pour entretenir l’intérêt de notre public, n’hésitons pas à nous inspirer de la théorie de la curiosité comme manque. Un petit peu de mystère peut accomplir de grandes choses.

Pour rendre nos communications plus efficaces, nous devons passer de « Quelle information dois-je transmettre ? » à « Quelles questions est-ce que je veux que mon public se pose ? »

 

Votre message doit être concret

Ce qui est concret est facile à mémoriser. Un moteur V8 est concret. « Grandes performances » est abstrait.  Le langage concret aide les individus, et en particulier les novices et les néophytes, à comprendre de nouveaux concepts. L’abstraction est le luxe de l’expert, du spécialiste.

Si vous voulez enseigner une idée à un groupe dont vous ignorez le niveau de connaissances, la concrétude est le seul langage sans risque. Notre cerveau abrite un nombre vraiment renversant de boucles. Plus une idée a de crochets, plus elle accrochera à la mémoire.

Parler de manière concrète de sujets que nous connaissons depuis des années peut sembler artificiel. Mais si nous acceptons de faire cet effort, nous serons récompensés : notre public comprendra ce que nous sommes en train de dire et s’en souviendra.

 

Votre message doit être crédible

Comment amène-ton des gens à croire en nos idées ? Nous devons trouver une source de crédibilité sur laquelle nous appuyer. Essayer de convaincre un public sceptique de croire un nouveau message, c’est engager un combat démoniaque contre toute une vie d’apprentissage et de relations sociales.

Les statistiques veulent rarement dire quelque chose par elles-mêmes et en elles-mêmes. Il faut presque toujours les utiliser pour illustrer une relation, un rapport. Il est plus important que les individus se souviennent de la relation que du chiffre. Avoir recours à des références vérifiables permet à votre public de tester une idée par lui-même.

 

Votre message doit susciter de l’émotion

Croire est important mais ce n’est pas suffisant. Pour que les gens agissent, il faut qu’ils se sentent concernés. La façon la plus élémentaire de faire que les gens s’intéressent à quelque chose est de créer une association entre quelque chose qui ne les intéresse pas encore et quelque chose qui les intéresse.

Par quoi les individus se sentent-ils concernés ? Par eux-mêmes. D’où l’intérêt d’en appeler… à leur intérêt personnel. Point n’est besoin de promettre monts et merveilles. Il suffit parfois de promettre des bénéfices raisonnables dont les gens peuvent facilement s’imaginer être en train de profiter.

Comment faire en sorte que les autres se sentent concernés par nos idées ? En leur faisant enlever leur casquette analytique. En créant de l’empathie pour des individus donnés. En montrant comment nos idées sont associées à des choses qui les motivent déjà. En parlant à leur intérêt personnel mais aussi à leur identité – pas seulement aux individus qu’ils sont ici et maintenant mais aussi à celui ou celle qu’ils voudraient être.

 

Votre message doit raconter une histoire

Les publics passifs n’existent pas. Lorsque nous écoutons une histoire, nous la simulons. Les histoires ont ce double pouvoir fascinant de simuler et d’inspirer. Et la plupart du temps, point n’est besoin d’étincelles de créativité géniale pour exploiter ce pouvoir : il suffit de savoir repérer les bonnes histoires que la vie produit chaque jour. Un grand découvreur aura toujours l’avantage sur un grand créateur. Pourquoi ? Parce que le monde produira toujours plus de grandes idées qu’un individu seul, fut-il génial.

Le drame, quand on sait beaucoup de choses, c’est qu’on a envie de tout dire. Une personne qui s’exprime en public veut donner, et c’est normal, l’impression qu’elle est calme, charismatique et motivée. Et il ne fait pas de doute que le charisme aidera un message bien conçu à adhérer. Mais tout le charisme du monde ne sauvera pas un discours dense, décousu.

« Votre règle d’or pour concevoir une idée gagnante ? Une histoire simple, inattendue, concrète, crédible et émouvante. » Idées de Génie, Chip Heath et Dan Heath, page 19

Pour qu’une idée colle, pour qu’elle soit utile et durable, elle doit susciter chez ceux qui l’écoutent Attention, Compréhension et mémorisation, Adhésion, Implication et Volonté d’agir. Rappelez-vous la formule SUCCESS Simple, Unexpected, Concrete, Credible, Emotional et StorieS.

Idées de Génie est un livre disponible dans la collection Nouveaux Horizons. Vous pouvez donc l’acheter à prix réduit dans les librairies partenaires si vous êtes à Haïti ou en Afrique francophone. Mon exemplaire m’a coûté la modique somme de 4500 F CFA (6,86 €) à Abidjan en Côte d’Ivoire. Les prix peuvent varier d’une librairie à une autre.

Vous pouvez télécharger la fiche découverte en cliquant ici (format PDF, 320 KB).

Poster un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.