.

Devenez un grand leader

Publié par Mouahé Régis KONAN

Devenez un grand leader est un ouvrage unique, d’une rare sincérité, d’une lucidité implacable et d’une grande valeur morale. La couverture du livre ne parle pas mais son contenu oui !

Le but de l’ouvrage est de vous encourager à porter un regard nouveau sur les leaders et le leadership. Non pas anticonformiste, c'est-à-dire hostile aux idées habituelles, car la plupart des opinions courantes sur le leadership sont fondées. Mais de la même façon que vous ne pouvez pas devenir un leader efficace en essayant d’imiter un grand leader du passé, vous ne réussirez pas à développer pleinement vos aptitudes à diriger ou même à apprécier toutes les subtilités de cet art en adhérant servilement aux idées les plus répandues dans ce domaine. Vous devez vous libérer, ne serait-ce qu’un court instant, des idées conventionnelles et limitatives pour laisser s’exprimer votre créativité naturelle et votre indépendance d’esprit.

 

La pensée nuancée et affranchie

Les vrais leaders ont une pensée différente de celle de leur entourage. Nuancée, elle leur permet de garder leur indépendance intellectuelle ; affranchie, elle stimule leur créativité mentale.

Fondamentalement, en quoi consiste la pensée nuancée ? A refuser de se faire une opinion sur une question d’importance à moins d’être au courant de l’ensemble des informations sur le sujet ou contraint, par les circonstances, de se prononcer sans avoir en main toutes les données. La pratiquer n’est pas chose aisée et nécessite généralement des efforts et une détermination bien supérieurs à ceux des rêves à l’état de veille ou de l’association libre.

Un leader dont la pensée ne peut ni décoller du réel ni s’écarter des sentiers battus aura beaucoup de mal à savoir apprécier les qualités créatives de son entourage personnel.

 

L'art de l'écoute

Le vrai leader sait qu’il est préférable d’écouter avant de parler. Et d’une oreille avertie. L’idéal pour le leader est de posséder un esprit capable à la fois de penser par lui-même et de comprendre la pensée des autres. Et cette seconde qualité dépend d’un art de l’écoute parfaitement maîtrisé.

Méfiez-vous lorsqu’un conseiller, officiel ou non, vous dit : « Nos clients veulent ceci », « nos salariés veulent cela » ou « Le corps enseignant est contrarié par ce problème ». Un vrai dirigeant ne prend jamais de telles paroles pour argent comptant ; la première question qu’il pose à son conseiller est la suivante : « Qui dit quoi à qui ? ». Il doit savoir si ce dernier lui transmet l’opinion de deux ou de deux cents personnes, et s’il a eu connaissance de leur avis directement ou indirectement.

 

Les experts : messies et charlatans !

« Toute profession est une conspiration contre les profanes. » George Bernard Shaw

Le leader doit écouter attentivement les experts mais ne doit jamais les prendre trop au séreux ni les croire aveuglément. Pour avoir travaillé longtemps à la fois comme expert et dirigeant, je serais d’accord avec Warren Bennis pour dire que l’expert doit être le « spécialiste au savoir le plus pointu » et le dirigeant le « généraliste au savoir le plus étendu ». Le rôle du premier est d’éclairer le second sur un point précis ou quelques notions spécifiques, tandis que le second se doit d’avoir une vue des choses suffisamment large pour intégrer les conseils de plusieurs experts dans une ligne cohérente.

Le leader doit se méfier de tout expert en la matière qui lui dit que telle ou telle notion ou telle ou telle stratégie est trop compliquée à lui expliquer. J’ai toujours pensé qu’un physicien incapable d’expliquer de façon intelligible des notions de mécanique quantique à un enfant de douze ans intelligent ne comprend tout simplement pas lui-même cette discipline.

Les dirigeants qui ont le plus bénéficié de mon aide ont toujours su garder leur indépendance, en particulier intellectuelle, et n’ont jamais pensé une seule seconde que le professionnalisme pouvait remplacer le leadership.

 

Vous êtes ce que vous lisez

Le vocabulaire, les métaphores, la syntaxe, la phraséologie et l’élocution choisis par un dirigeant sont plus ou moins influencés par les grands textes. Pourquoi ? Parce que tout leader sait (ou sent inconsciemment) que leur langage (modernisé par quelques formules actuelles) trouvera écho auprès du public. Les dirigeants et ceux qu’ils dirigent ont été en quelque sorte programmés à l’avance, à la fois par les idées contenues dans ces œuvres et leur mode d’expression.

Lire un journal nous empêche de lire un livre, et lire un livre donné nous empêche d’en lire des centaines d’autres.

Laisser à d’autres le soin de choisir ses lectures est l’une des pires choses à faire. Il est encore préférable, et de loin, de commettre des erreurs que de laisser les listes des meilleures ventes, les éditeurs ou les critiques littéraires décider à sa place. De la même façon qu’aucun leader qui se respecte ne laisserait quelqu’un d’autre que lui choisir ses principaux collaborateurs, aucun leader digne de ce nom ne devrait déléguer le choix de ses livres. Dans la lecture comme dans tant d’autres domaines, garder son indépendance d’esprit est une condition indispensable à un leadership efficace.

 

Leader ne rime pas toujours avec décideur

Lorsque nous devons prendre une décision, nous avons tendance à appliquer la manière expéditive et le proverbe selon lequel il ne faut jamais remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même. Un bon conseil pour les managers et les bureaucrates, mais certainement pas pour les leaders. En effet, l’approche à adopter dans ce domaine par les dirigeants peut se résumer à deux règles générales : (1) Ne prenez jamais vous-même une décision que vous pouvez raisonnablement déléguer à l’un de vos proches collaborateurs. (2) Ne prenez jamais le jour même une décision que vous pouvez raisonnablement remettre au lendemain.

Naturellement, toute la question est de savoir ce qu’on juge raisonnable ou non de faire. Et savoir ce qu’il est raisonnable de faire face à une décision à prendre rapidement est un art qui exige beaucoup de savoir-faire et de pratique.

Le dirigeant a presque toujours intérêt, avant de prendre une grande décision, à consulter ses principaux conseillers et collaborateurs. Si le leader est systématiquement en désaccord avec l’ensemble de ses bras droits, il est temps pour lui, soit de se retirer, soit de nommer d’autres bras droits.

La prise de décision fait intervenir les qualités majeures d’un leadership éclairé – la pensée nuancée, la pensée affranchie, l’art de l’écoute, la délégation du pouvoir décisionnel et non de la responsabilité finale, la tergiversation éclairée, l’oubli volontaire des événements douloureux du passé, la prise en compte du hasard et l’écoute de sa voix intérieure.

 

Réhabilitons Machiavel, ou la part du diable

Le Prince peut être considéré essentiellement comme un manuel de leadership. Malheureusement, il reste probablement le moins bien compris de tous. C’est un manuel destiné à des princes et non à des chefs scouts.

Que nous enseigne Machiavel, fin observateur de la nature humaine ? Un leadership efficace à tous niveaux, qu’il s’agisse d’éduquer les enfants ou de diriger une grande entreprise, exige « un chef » capable de poser des règles et de punir avec impartialité ceux qui les enfreignent.

Un leader peut traiter durement ceux qu’il dirige sans se faire haïr par eux, même si ces individus n’ont pas choisi d’être sous ses ordres. Mais si, en plus, il les humilie, eux et leurs successeurs ou leurs descendants ne lui pardonneront jamais.

Un leader ne doit pas se faire des idées et penser que les individus sont intrinsèquement meilleurs ou pires qu’ils sont en réalité, mais trouver le moyen de valoriser ce que ses collaborateurs (et lui-même) ont de meilleur, et de neutraliser ce qu’il y a de plus mauvais en eux (et en lui).

 

Pour quelle cause êtes-vous prêt à mourir ?

Si un leader veut savoir ce pour quoi il est prêt à mourir, il doit être conscient de ses propres valeurs morales fondamentales et de ce qui les motive profondément. Si ces valeurs ne sont pas fondées sur des croyances religieuses (ou du moins spirituelles) et relèvent, en particulier, de l’altruisme, elles peuvent ne pas résister à l’épreuve d’une crise.

Une fois que vous savez pour quelle cause vous donneriez tout, même votre vie, ne le divulguez pas. Si vous dévoilez à tout le monde les valeurs que vous ne renierez pas quelles que soient les circonstances, vos adversaires n’hésiteront pas à utiliser cette information pour vous piéger ou ruiner votre carrière.

Révélez, si vous le voulez, ou clamez haut et fort les valeurs fondamentales qui sont les vôtres, mais prenez garde à ne pas crier sur les toits celle pour laquelle vous seriez prêt à mourir.

Qu’on le veuille ou non, les préoccupations éthiques se retrouvent dans presque tous les aspects du leadership. Tout leader doit accepter le fait d’avoir des convictions morales et être tenu responsable des décisions qu’il prend conformément à ses convictions.

 

Travaillez pour ceux qui travaillent pour vous

« Le meilleur dirigeant est celui qui recrute les hommes les plus compétents, leur dit ce qu’ils ont à faire et s’efface pour les laisser faire. » Théodore Roosevelt

Si vous aspirez à devenir leader pour le prestige, oubliez ce métier et cherchez plutôt des rôles de cinéma. En revanche, si vous désirez vraiment agir pour une cause ou la réussite d’une entreprise, retroussez vos manches et soyez prêt à exécuter les corvées les plus ingrates qui ne sont pas dignes de votre position, selon l’opinion générale, et ne vous apporteront jamais la moindre reconnaissance ni le moindre crédit, mais permettront à vos collaborateurs de réaliser de grandes choses. Vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour contribuer à la réussite de ceux qui sont sous vos ordres. Vous devez être le principal collaborateur de ceux qui travaillent pour vous.

Les plus grandes figures de l’histoire n’ont pas été celles qui ont fait cavalier seul, mais qui ont su identifier et engager les lieutenants les plus talentueux pour servir efficacement leurs ambitions.

Si la loi le permet et si la chance est avec lui, un leader a tout intérêt à engager un collaborateur vraiment compétent, puis à définir pour lui un ensemble de responsabilités adaptées à ses points forts. Les vrais leaders savent que c’est la qualité des individus, et non celle des descriptions de poste, qui contribue à la réussite d’une organisation. Dans une large mesure, le succès ou l’échec d’un leader sont déterminés par les actions de ses proches collaborateurs – et le souvenir qu’il laissera dans la mémoire collective également.

 

Qui m'aime me suive !

Le leadership consiste à convaincre les autres de suivre de leur plein gré une nouvelle direction qu’ils ne suivraient pas tout seuls. Un leadership efficace implique toujours une relation symbiotique entre le dirigeant et les dirigés. Le dirigeant doit commencer par identifier les attentes profondément enfouies dans le cœur et l’esprit des individus pour ensuite choisir celles qu’il intègrera à ses propres idéaux et objectifs.

Le vrai leader sait qu’un vendeur efficace doit d’abord se vendre avant de vendre son produit et, par conséquent qu’un dirigeant efficace doit vanter ses propres mérites avant de vanter les avantages de son projet politique. Il sait que son don pour raconter des histoires captivantes représente l’un de ses outils les plus efficaces pour établir un lien étroit avec ceux qu’il dirige et leur faire partager ses propres convictions.

Le langage écrit peut parfois motiver très efficacement les individus. Mais le langage parlé constitue de loin le moyen de communication le plus puissant entre le dirigeant et ceux sur lesquels il exerce son pouvoir. Qu’il s’agisse de parler ou d’écrire, la majorité des leaders les plus efficaces sont des génies des mots. Des mots, des mots, toujours des mots.

Les dirigeants ne sont pas réellement aux commandes des organisations, même si on le dit souvent. Ils conduisent des individus qui, ensemble, donnent forme à l’organisation et la font fonctionner. Et le vrai leader ne perd jamais de vue cette réalité à laquelle il doit l’essentiel de sa réussite.

 

Ne confondez pas être dirigeant et diriger

Les individus les plus insatisfaits que je connaisse sont ceux qui ont enfin réalisé leur rêve d’accéder à un poste de direction au plus haut niveau et qui se sont finalement aperçus que les tâches d’un dirigeant ne leur plaisaient pas. Ils ont mis des années pour se hisser péniblement jusqu’au sommet de la montagne et, une fois leur objectif atteint, ont découvert que les réalités de la vie « à haute altitude » étaient bien éloignés de l’ivresse des sommets qu’ils imaginaient.

Quoi que vous fassiez, vous pouvez toujours le faire mieux ; il n’y aura donc pas de limite à la quantité de ressources que vous consacrerez à la recherche de la perfection. Alors suivez cette maxime : quelque chose qui vaut la peine d’être réalisé mérite de l’être correctement, mais sans plus. Le plus difficile est de savoir ce que l’on appelle « correctement, mais sans plus ».

Le dirigeant trop dispersé a du mal à poursuivre son objectif tandis que le dirigeant trop rivé sur son objectif risque de foncer tout droit sur un iceberg. Le vrai leader sait qu’il doit posséder à la fois un radar et un gyrocompas. Et s’il n’est pas né avec (comme la plupart des gens), il sait qu’il doit se fabriquer son propre radar (ou son propre gyrocompas), ou recruter un collaborateur possédant l’instrument qui lui manque.

Il est préférable pour un dirigeant d’être à la fois craint et aimé, mais s’il doit choisir entre les deux, inspirer la crainte est préférable. De la même façon, si un dirigeant doit choisir entre l’empathie et la suite dans les idées, il doit choisir de préférence la seconde qualité.

Aucune organisation ne peut survivre à long terme si son dirigeant refuse tout changement pour maintenir le statu quo. Le leadership consiste principalement à encourager les individus à changer.

 

Une étude de cas : l'université de Californie du Sud

Entre 1991 et 2001, l’université de Californie du Sud a réalisé des progrès biens supérieurs à ceux des autres universités du pays. Le mérite revient principalement à son excellente équipe administrative, à des enseignants extrêmement talentueux et dévoués, à un personnel consciencieux, à des anciens élèves au soutien indéfectible, à des donateurs visionnaires, à un conseil d’administration avisé et prêt à poursuivre les efforts dans les moments difficiles, ainsi qu’à des milliers d’étudiants brillants et ambitieux.

La première mesure d’importance a été d’élaborer une déclaration du rôle et de la mission de l’université. La deuxième réussite a été le renforcement de la mission de recherche. La troisième a été l’amélioration considérable de l’enseignement de certaines disciplines et de l’enseignement interdisciplinaire et la quatrième a été la collecte de fonds.

« Les managers font bien les choses, tandis que les leaders font les bonnes choses. » Warren Bennis

Ce sont les hommes et les femmes capables qui dirigent le cours de l’histoire et déterminent le destin de l’humanité.

Homme de culture et d'action, professeur, inventeur, ingénieur électricien et président de l'université de Californie du Sud Steven Sample propose un livre à son image : riche d'idées et de références, il est tout entier orienté vers le rôle concret et quotidien du leader. Les dirigeants y découvriront aussi bien des perspectives nouvelles que des conseils pratiques, pour se forger une stature de grand leader. Sous sa présidence, l'université de Californie du Sud a acquis une réputation mondiale dans le domaine de la communication et des technologies multimédias, et est devenue l'une des premières universités de recherche des Etats-Unis.

Vous pouvez télécharger la table des matières et l’introduction sur le site de l’éditeur.

Devenez un grand leader, de Steven Stample, est un livre disponible dans la collection Nouveaux Horizons. Vous pouvez donc l’acheter à prix réduit dans les librairies partenaires si vous êtes à Haïti ou en Afrique francophone. Prix de mon exemplaire à Abidjan en Côte d’Ivoire : 4.600 F CFA (7,01 €) - les prix peuvent varier d’une librairie à une autre.

 

Poster un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.