.

Comment j’en suis arrivé à Inkscape

Publié par Mouahé Régis KONAN

Par des détours et des situations inattendues, j’en suis arrivé à utiliser Inkscape, un logiciel libre de dessin magnifique. Je vous raconte comment notre amitié a été célébrée.

 

Ma rencontre avec Inskcape en 2009

En 2009, nous avons reçu un lot d’images en blanc et noir que nous devions utiliser pour des activités religieuses pour enfants. Certaines images avaient besoin d’être retouchées légèrement pour nous satisfaire entièrement. Il nous fallait obtenir des logiciels de retouche d’images.

Un de nos amis nous avait parlé du logiciel Corel Draw. C’était du costaud et il n’était pas gratuit. L’interface nous intimidait. On s’est dit que le mieux était de rechercher des logiciels moins costauds. Nous avions besoin de faire des trucs simples avec des logiciels simples. N’étant pas infographistes, ça ne nous intéressait guère d’apprendre des trucs compliqués. On voulait juste retoucher légèrement les images que nous détenions.

Dans nos recherches, nous avons découvert pas mal de logiciels pour images : Photofiltre, XnView, Inkscape, Gimp, etc. Les téléchargements ont suivi ainsi que les installations de toutes nos trouvailles.

Avec Inkscape, la manipulation des étoiles était plutôt amusante et j’ai apprécié ce fait. Comme Inkscape fonctionne bien avec des extensions en SVG, je me suis lancé à la recherche de fichiers SVG. J’ai eu de la chance puisque j’ai pu trouver de bons fichiers. J’ai immédiatement aimé Inkscape même si je ne le maîtrisais pas. Les tutoriels n’étaient pas élaborés et je ne savais pas à qui m’adresser pour m’apprendre à l’apprivoiser. J’ai aussi téléchargé et installé Gimp mais ça s’est mal passé. La prise en main a été ratée et il m’est resté un goût amer.

 

Mes bricolages avec la suite Microsoft Office 2007

Si vous êtes un utilisateur de la suite Microsoft Office, vous avez déjà eu affaire avec Picture Manager et PowerPoint. J’utilise ces deux logiciels pour traiter légèrement les images (compression, rognage, rotation) et conversion en bitmap. C’est fou ce que Picture Manager fait en matière de compression d’image de format bmp à jpg. On ne peut pas faire grand-chose avec mais les fonctionnalités basiques me suffisent.

J’ai essayé de faire des créations avec PowerPoint et le rendu n’était pas à la hauteur de mes espérances. Ne me parlez pas de Paint ! Il y a longtemps, vraiment longtemps que j’ai vu son interface.

 

Un CV plutôt design

En 2017, un de mes amis développeur m’a fait parvenir son CV pour correction. C’était un CV design et bien aéré. La taille du fichier, moins de 300 Ko, a attiré mon attention. Je savais qu’il était difficile de réaliser un tel CV avec Word et je lui ai demandé quel logiciel il avait utilisé. La réponse classique a été entendue : « Photoshop » !.

Encore ce logiciel non gratuit que de nombreuses personnes ont sur leurs machines, disons les versions crackées surtout ! Je ne vais tout de même pas me mettre au crack. Il me faut trouver une alternative. Gimp me vient en tête mais la mauvaise prise en main, même si elle date de 2009, fait tilt dans ma mémoire. J’hésite…

 

Une affaire de labyrinthe

J’avais découvert pas mal d’images de labyrinthes lorsque je faisais les recherches d’illustrations pour les activités d’enfants en 2009. Les images que nous avions avaient besoin d’être retouchées. Et comme on n’y arrivait pas, nous avons fait des recherches sur la toile.

J’ai un article en rédaction et il me faut un labyrinthe pour l’illustrer. J’ai bizarrement pensé à Inkscape et je me demandais pourquoi. Un logiciel manipulé en 2 jours en 2009 et qui réapparaît en mémoire… Le mot « Labyrinthe » a réactivé le mot Inkscape.

 

La publication déclic

Il y a eu cette publication sur la page Facebook du Ministère de la Construction, du logement, de l’assainissement et de l’urbanisme. Cliquez ici pour la voir.

Lorsque j’ai vu ce visuel, je me suis dit : « Voici ce qu’il me faut ». Simple, sobre, clair, aéré, expressif et lisible. Il n’y avait pas de chichi.

J’ai par ailleurs constaté que plusieurs visuels du Ministère suivaient le même masque. Je savais que c’était un logiciel graphique utilisé pour la réalisation des visuels. J’ai immédiatement pensé au planétaire Photoshop mais je poursuis la piste de l’alternative.

 

Communiquer avec des images

Le proverbe dit ceci : « Une image vaut mille mots ». Communiquer avec des images et du texte serait beaucoup mieux que communiquer avec du texte uniquement. Lorsque tu as du mal à trouver des images qui te conviennent, qu’elles soient libres de droit ou pas, tu penses généralement à trois choses :

1. acheter des images sur des sites web qui en vendent

2. contacter un graphiste pour te faire des petites illustrations

3. prendre des photos soi-même

Et lorsque que tout cela ne te convient pas, tu regrettes de ne pas pouvoir maîtriser un logiciel graphique pour te gribouiller rapidement un dessin qui te sied. Il faut aussi avouer que je ne voulais pas déranger mes amis graphistes pour de petites illustrations. Si je les contacte, c’est pour du sérieux et du payant.

Donc il me faut un logiciel pour être libre…

 

Et si j’essayais Inkscape

Si tu n’essaies pas, tu ne pourras pas savoir si ça te convient ou pas. Je décide de télécharger Inskcape et je procède à son installation… 8 ans après la première installation ! Comment vais-je procéder pour l’apprendre ?

A la différence de 2009, il y a Youtube, plus garni et tous ces tutoriels proposés par des amateurs, des experts, des passionnés, etc. Quand tu as lu Penser efficace en 5 étapes, tu cherches à aller au fond des choses et tu sais comment procéder.

Je commence par faire une recherche de tutoriel de débutant. Je les télécharge pour prendre le pouls du logiciel. Si cela ne me convient pas, je n’aurais pas perdu trop de temps. Si cela me convient, j’aurai déjà appris les bases.

 

Mon amitié avec Inkscape

Début décembre 2017, je parcours quelques tutoriels de débutant. On ne peut bien apprendre que lorsqu’on a un objectif clair. Je ne veux pas tout faire avec Inkscape ; juste réaliser ce qui me tient à cœur. Je fouille les recommandations de tutoriel et là, je vois un tutoriel avancé qui pourrait m’aider – une affaire de bonne année 2016. Tiens ! Et si je le suivais afin de réaliser une création « Bonne et heureuse année 2018 » pour les abonnés de mon blog ?

Je le télécharge… et là, le coup de cœur : Inskcape peut me permettre de réaliser bien plus que je ne pensais. Je décide de télécharger des tutoriels avancés, parce qu’on y découvre des choses assez étonnantes. Et ma décision s’avère gratifiante. J’en viens à la conclusion que Inkscape, c’est du balèze… à condition de le connaître à fond et le manipuler avec dextérité.

Mon amitié avec Inkscape est ainsi scellée ! Je décide d’apprendre les bases du logiciel à travers son aide et les autres tutoriels. Si vous voulez apprendre Inkscape, commencez par le télécharger en vous rendant sur son site officiel www.inkscape.org.

Il y a trois utilisateurs que je trouve intéressants. Vous apprendrez vite en suivant leurs tutoriels : Imppaofree, Nick Saporito et Design Studio Vector.

Et si vous voulez des images SVG, je vous recommande deux sites : Public Domain Vectors et Flaticon.

Si vous trouvez des choses intéressantes sur Inkscape, informez-moi à mon email.

Poster un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.