.

Abrégé de médecine et pharmacopée africaines

Publié par Mouahé Régis KONAN

Abrégé de médecine et de pharmacopée Africaines : quelques plantes employées traditionnellement dans la couverture des soins de santé primaire est ce trésor que nous a laissé le professeur Laurent AKE-ASSI.

L'ouvrage du célèbre ethnobotaniste, professeur Laurent AKE-ASSI, traite de 53 plantes thérapeutiques parmi les plus couramment et quotidiennement employées en Côte d’Ivoire. Ces espèces sont réparties dans 51 genres que regroupent 28 familles.

Manuel de vulgarisation, pratique, facile à consulter pour rechercher la plante qui soigne une maladie donnée ou les différentes maladies que peuvent traiter les plantes, vous n’y trouverez pas les formules et expressions difficilement assimilables par les non-initiés.

Dans une première partie, l’auteur a organisé la présentation des espèces médicinales étudiées; elle permet d’être informée sur :

- le port habituel de la plante (liane, herbe, arbuste, arbre, etc.) et ses organes caractéristiques ;

- la répartition géographique et les possibilités de culture ;

- l’utilisation dans la pharmacopée : il s’agit de connaître, suivant les ethnies, les recettes attribuées aux plantes et les principales maladies qu’elles soignent sélectivement.

Dans une deuxième partie, il présente un lexique médical qui est suivi par un index des principales maladies que la pharmacopée traite et les différentes plantes employées à cet effet. Vient ensuite la bibliographie qui correspond à un relevé des ouvrages strictement indispensables pour la réalisation d’un tel travail. L’iconographie de l’œuvre, très soignée, est due à la dextérité du technicien dessinateur Amon Aya Lazare.

 

Quelques petits extraits

Vous trouverez ici quelques petits extraits de l’œuvre. Les usages pour chaque plante sont plus nombreux que ceux mentionnés ci-après.

Pervenche de Madagascar : L’infusion des racines est utilisée sous forme d’injection vaginale, elle a la propriété de raffermir les tissus et les muqueuses relâchés ou distendus de l’appareil génital féminin. Les feuilles constituent un remède contre l’oligurie, l’hématurie et les désordres menstruels, à la dose de 4 à 8 grammes en décoction ou extrait liquide.

Pois d’Angole : La décoction ou l’infusé concentré des feuilles sont prescrits en breuvage aux diabétiques, à raison d’un litre et demi par jour, en tant qu’hypoglycémiant.

Citronnelle : L’infusion des feuilles, sucrée au miel ou au sucre de canne, sert à combattre les accès grippaux. Contre les maux d’estomac, on recommande de faire une infusion avec 15 grammes de feuilles fraîches dans un litre d’eau. Boire après le repas du soir.

Lantana : La décoction des feuilles appliquées en compresses guérit les plaies difficiles en les cicatrisant rapidement. Contre la perte de mémoire et le surmenage intellectuel, l’infusion des feuilles prise le soir au coucher est très efficace.

Oligurie = diminution de la quantité des urines ; hématurie = émission de sang dans les voies urinaires ; décoction = action de faire bouillir un organe dans un liquide.

Parfois surnommé « le génie de la forêt ivoirienne », le professeur Laurent AKE-ASSI nous laisse une œuvre de grande valeur à avoir à notre chevet. Grâce à elle, je regarde différemment les plantes qui m’entourent. Mon exemplaire m’a coûté 5.000 F CFA (7,62 €) dans une librairie en Côte d’Ivoire.

Poster un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.